MPPM
accueil


LE FIL DES ÉVÈNEMENTS

actualités
>



20 novembre 2002 / Décision prise lors de l'Assemblé Générale de l'association MPPM à Gavarnie
L'inscription du massif du Mont-Perdu sur la liste du Patrimoine Mondial a été obtenue en 1997 sous trois conditions:
- déplacer [et non supprimer] un spectacle qui se tient chaque été sur le plateau de La Courade à Gavarnie [localisation jugée "incongrue" par les experts de l'Unesco lors de leur visite du site]
- déplacer deux parkings situés en fin de route au col de Boucharo et au cœur du cirque de Troumouse.
L'état français s'est engagé en 1997 à respecter ces trois conditions. Le département des Hautes Pyrénées n'ayant pas encore pris en 2009, malgré 5 rappels de l'UNESCO, les mesures qui s'imposent pour respecter les engagements pris en 1997 pour obtenir l'inscription, l'AG du 20/11/2002 a décidé, sur proposition du bureau, de mettre en sommeil l'activité d'animation locale de MPPM (colloques, conférences, publications,...) tout en poursuivant l'objet principal de notre association, tel qu'il est défini dans nos statuts:
- veiller au maintien des équilibres naturels et paysagers, à la préservation de l'identité culturelle de cet ensemble, et à la promotion d'un développement local en harmonie avec sa valeur naturelle, culturelle et paysagère.
- œuvrer à la découverte des richesses patrimoniales de ce massif par un public aussi large que le permet la fragilité des lieux considérés, dans le respect et au profit des populations résidentes.
Désormais, les seuls événement relatés ici concernent les relations entre l'UNESCO et les représentants de l'état français signataire des engagements pris vis à vis du Patrimoine Mondial en 1997. Les évenements et manifestations antérieurs à novembre 2002 sont archivées et peuvent être communiquées sur demande.
 
  - L'engagement pris par l'état français a fait l'objet de trois premiers rappels de la part de l'UNESCO (voir décisions 2004/2005/2006) sans aucun effet, au mépris de toutes les convenances.
  - Au cours de l'automne 2007, à la suite d'une contre expertise demandée par la France, l'UNESCO a rappelé une quatrième fois l'engagement qui conditionnait l'inscription et a demandé à l'état français une réponse claire avant le 31 janvier 2008.
L'état français, en accord avec le département des Hautes Pyrénées, et en faisant abstraction du caractère transfrontalier de ce site, a ignoré ce quatrième rappel qui est aussi une mise en demeure.
  - En juillet 2008, à l'issue du 32ème Comité du Patrimoine Mondial à Québec, l'Unesco demande "d'ici le 1er février 2009, un rapport sur l'avancement de ses recommandations, et notamment sur le transfert du festival de Gavarnie, la gestion coordonnée du bien et l'achèvement et la mise en œuvre du plan de gestion provisoire, pour examen par le Comité du Patrimoine Mondial à sa 33ème session, en 2009, et engage fermement les Etats parties [cad la France et l'Espagne] à demander l'inscription du bien sur la liste du Patrimoine Mondial en péril".
  - En juillet 2009, lors du 33ème Comité du Patrimoine Mondial à Séville, constatant que les rappels précédents sont sans effet, l'Unesco confirme une nouvelle fois sa demande pour que la France respecte ses engagements, " et envisage la possibilité d'inscrire le bien sur la liste du Patrimoine en péril en 2010" [conséquence de la non réponse à la demande faite en 2008].

votre opinion


Association MPPM - 10/11/2009
Le fil des évènements depuis le 20 novembre 2002